Tambours et Fifres

1. Introduction

Les Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse sont rythmées par le son aigrelet du fifre et le son sourd des tambours. Ce mélange donne au folklore sa personnalité, son âme. Tout marcheur entendant une batterie a son cœur qui vibre d'émotion. Afin de mieux comprendre cette étrange alchimie, ce texte explique la composition d'une batterie, son fonctionnement et le rôle de chacun, ainsi que l'origine et les différentes parties du répertoire actif.

2.Composition d'une batterie moyenne

2.1. Le tambour-major

Il précède de quelques mètres les tambours et les fifres. A l'aide de sa canne, il montre la cadence à tenir ainsi que la fin d'une marche.

2.2. Le fifre

Il se trouve à la droite des tambours. Il joue les mélodies des marches. L'instrument est basé sur la gamme de ré et comporte deux octaves et demi. Notons que l'octave la plus grave n'est pas utilisée car le but du fifre est de "percer" les tambours, c.à.d. qu'il doit réussir à dominer la voix de ceux-ci.

2.3. Les tambours

Les cinq ou six tambours rythment la mélodie du fifre. L'instrument est composé de deux peaux de bêtes montées sur un fût de cuivre jaune et tendues par une corde munie de tirants en cuir. La peau du dessous, dite de timbre, la plus fine, est surmontée d'un timbre en boyau tordu, donnant au tambour un son caractéristique.

3.Le fonctionnement d'une batterie

3.1. Le premier tambour

Dans une batterie, le personnage le plus important n'est pas, comme on pourrait le penser, le tambour-major, mais bien le premier tambour. Celui-ci se place juste à côté du fifre au premier rang et possède une certaine expérience. C'est lui qui décide ce que l'on va jouer en accord avec le fifre et qui crie la marche suivante durant le temps mort qui suit le tournement de canne du tambour-major, excepté lorsque ce dernier demande lui-même, par un mouvement de canne particulier, une marche bien précise (c'est le cas pour La grande , le Pas ordinaire , le Pas de route et le Pas de charge ).

3.2. Le système de redoublage

Le redoublage consiste, pour les tambours, à meubler tous les silences par des coups exécutés plus rapidement. Cela donne libre court à la fantaisie du redoubleur, qui peut exploiter toute sa technique. Lorsqu'un tambour redouble, les autres jouent la marche "en simple", ce qui veut dire le thème de base de la marche jouée. Le redoublage se fait à tour de rôle, en commençant par le premier tambour. On redouble le thème de la marche une fois. Une fois le thème joué, le tour passe à celui qui se trouve à gauche. On change également de redoubleur lorsqu'une marche se termine.

Notons que chaque tambour donne une certaine marque personnelle à son redoublage. C'est pour cette raison que les partitions de tambour n'existent pas. Si c'était le cas, la musique perdrait son originalité et son côté folklorique, puisqu'elle serait alors codifiée.

Tout comme le redoubleur, chaque fifre a sa version personnelle d'une marche. Le thème de base reste évidemment le même, mais il y ajoute certaines variations personnelles.

4.Le répertoire

4.1. Origines

En tout, il existe une bonne soixantaine de marches, provenant d'origines différentes :

1° La plupart des marches ont été composées par des musiciens de la région. Elles sont appelées traditionnelles.

2° La série des marches dites des Hollandaises tirent leur origine des airs de tambours et fifres joués au début du XIXe siècle par l'armée des Pays-Bas, qui avait envahit nos contrées à l'époque.

3° Les Françaises sont appelées ainsi du fait que ce sont d'anciennes chansons de route de l'armée française, comme par exemple Auprès de ma blonde.

4°Un certain nombre de marches sont tirées directement du répertoire de la musique de la Garde Impériale du premier empire. Elles sont fort peu jouées mais ont néanmoins un côté majestueux.

4.2. Cadences

1° Le pas accéléré regroupe la plupart des marches, dont les marches à solo. Ces dernières comportent un solo de fifre, toujours précédé d'un ou plusieurs coup(s) de tambour appelé Ra, d'où leur nom (1 Ra, 3 Ras, ...)

2° Le pas ordinaire est un pas beaucoup plus lent, qui se joue en des lieux solennels comme l'église ou les monuments. On y entend très bien le redoubleur car la partition simple est assez dépouillée. C'est dans des marches comme celle-ci que l'on peut reconnaître les bons tambours. Il en est de même pour les pas de charge et le pas de route.

3° Le pas de charge est le plus rapide. Il est joué dans les campagnes et est reconnaissable à sa succession de Flas.

4° Le pas de route sert d'intermédiaire entre le pas de charge et le pas accéléré. Il est également joué dans les campagnes.

N.B. : Pour les trois derniers pas, la partition simple du tambour ne varie pas. Seul le fifre change son chant. A ce moment, le redoublage change de main également.

4.3. Les ordonnances

Le réveil : se joue tôt le matin afin de rappeler aux marcheurs et habitants que le grand jour est arrivé.

L'appel : comme son nom l'indique, appelle les marcheurs à se rendre au lieu de rendez-vous

Au drapeau : se joue pour rendre les honneurs au drapeau

Le rigodon se joue à l'arrêt pour rendre les honneurs, souvent après une décharge ou une remise des médailles

La retraite : se joue durant la retraite (souvent aux flambeaux), se déroulant en fin de journée.

4.5. Les arguedennes

Lorsqu'une batterie est à l'arrêt, il n'est pas rare que le fifre entame un air connu (une valse, un rock, etc.) afin de donner une ambiance de bonne humeur et tout-à-fait particulière, unique en son genre. Un tambour fait alors office de petite caisse et un autre de grosse caisse en maintenant son timbre.

Propos recueillis de Mr. Christophe VANDERSMISSEN




Copyright © 14 February 1998 - 2017 by ARMFESM
Toute utilisation, même partielle, des images et photographies qui illustrent ce site, est strictement interdite.
WebMaster: Mehaignoul Benoît